Invalid slider ID or alias.

Spectacles et Musiques du Monde

00

MUSIQUE JUDÉO-PROVENÇALE

le 23 Mars au THÉÂTRE DE GRASSE dans le cadre du festival les « MUSIQUES SACRÉES DU MONDE »

C’est dans le Comtat Venaissin et les « Arba kehilot » les quatre communautés en langue hébraïque – Avignon, Carpentras, Cavaillon, et l’Isles sur la Sorgue – que s’inscrit l’histoire des « Juifs du Pape ». Histoire singulière que celle de ce peuple réfugié dans l’État pontifical sous la protection de l’église.

Ils déchantèrent sans tarder devant l’hospitalité bien restrictive qu’on leur offrait : interdiction de participer aux corporations, donc de pratiquer les métiers régis par celles-ci, d’employer des chrétiens, de prendre des repas avec eux, de posséder des terres, ou des immeubles, de coucher en dehors de la Carrière (version locale du « ghetto ») sous peine de châtiment, obligation de porter un chapeau jaune pour les hommes, etc. Pour l’Église, le maintien d’un petit groupe de juifs misérables et abaissés devait témoigner du sort d’Israël, puni pour avoir refusé le christianisme.

Une communauté juive importante a pu ainsi se développer dans les villes locales jusqu’à représenter un des foyers de population juive les plus denses et les plus anciens de France. Le judaïsme comtadin est original. Il ne se rattache ni au courant séfarade d’origine espagnole, qui se rencontre dans les régions du bassin méditerranéen et en France dans le Sud-ouest, ni au courant ashkénaze de l’Alsace-Lorraine et de l’Europe centrale et orientale. Il se caractérise par une organisation très structurée des communautés, une totale endogamie, un rituel propre. Les juifs parlent un dialecte judéo provençal, le tchuadit.

Les Juifs du Comtat Venaissin développèrent une culture toute provençale, par la langue, les vêtements, la cuisine. Les synagogues sont caractérisées par l’influence locale, empruntant aux motifs, aux coloris employés, aux styles du mobilier. Démonstration magnifique, s’il en est, d’une communauté juive faisant partie intégrante depuis son origine, le premier siècle de notre ère, du paysage et des hommes de Provence.

FRANÇOISE ATLAN

D’origine séfarade, Françoise Atlan est une artiste à la double culture, dotée d’une expression vocale, d’un style et d’une technique particulièrement originale. Ses racines judéo-berbères l’ont amenée tout naturellement à se passionner pour le patrimoine vocal méditerranéen, en particulier les traditions judéo-espagnoles et judéo-arabes, tout en poursuivant sa carrière de chanteuse lyrique. Disposant une voix claire et limpide, elle interprète les noubas qui sont des chants habituellement réservés aux hommes. Sa carrière internationale l’amène à se produire avec brio aux États-Unis, Japon, Espagne, Portugal, Italie, Grande-Bretagne, Maroc, Belgique, Norvège, Israël, etc…
Françoise Atlan a présenté Andaloussyat, L’Esprit de Cordoue avec l’Ensemble Tarab à l’occasion de la première édition des Rencontres de Musiques Sacrées du Monde à Grasse en 2011.

ALAIN HUET

Issu d’une famille qui entretenait l’héritage musical andalou, il pratique le saxophone en autodidacte dans les années 80, suit l’enseignement de Guy Longnon en classe de jazz, devient musicien professionnel, participe à différents projets musicaux en jazz, musiques africaines, orientales, etc.…

Créateur d’Accoules Sax en 1988, première fanfare funk de France, il donne sa musique dans le monde entier dans le cadre d’évènements musicaux prestigieux. En 2002, il crée l’ensemble Gran’Sud, trente musiciens pour un mix Jazz Funk, Music Hall et tradition méditerranéenne. Cet ensemble a donné sa musique au Marseille Jazz Festival, à la Fiesta des Suds et à la Féria de Nîmes, etc. Auteur, compositeur, interprète, féru de musique traditionnelle, il a cherché et redécouvert la tradition musicale judéo-provençale et a créé l’Ensemble Nekouda.

THOMAS BOURGEOIS

Percussionniste et batteur, il obtient le 1er prix du Conservatoire de Marseille accompagné du prix SACEM et du second prix de la ville de Marseille. Il a suivi des cours de batterie et percussions à l’école Agostini de Perpignan, Aix-en-Provence, et aux Conservatoires de Perpignan et Nice. Il se forme auprès de la famille Chemirani, passé maître dans l’art du zarb – percussion iranienne.

Entre ses projets musicaux, il est également accompagnateur et formateur au Studio du Cours : centre de formation des professeurs de danse classique, contemporain et jazz à Marseille. Il joue aussi au sein de Glôôt, Little Big, Choumissa et il a collaboré avec : Pascal Comelade, Sam Karpiénia, Ensemble médiéval Saurimonda, Oneira, Mastan, etc.

GAËL ASCASO

Il commence le galoubet à l’âge de 9 ans. Il suit pendant de longues années les cours d’Andrée Gabriel au conservatoire national de Marseille. Il en sort 1er prix de conservatoire en 2005. Licencié en musicologie en 2006 à la faculté de Provence Aix-Marseille III.

Parallèlement à cela il obtient ces 3 degrés entre 1994 et 1997 de galoubet-tambourin à la fédération française de folklore provençal. Musicien émérite, il participe à une série de concerts avec l’orchestre du capitole de Toulouse, ainsi qu’à de nombreux projets de musique du monde. Grâce à cela, il fait de nombreux festivals internationaux (Québec, Pérou, Syrie,…)

PIERRE-LAURENT BERTOLINO

Un parcours atypique et autodidacte a amené Pierre-Laurent Bertolino vers la vielle à roue. Cette histoire prend forme à Marseille dans la fin des années 1990, avec la création du groupe Dupain, mêlant sonorités électriques, rythmes méditerranéens, expression occitane engagée, résolument ancré dans la cité phocéenne. Viendront trois albums, de nombreux concerts et aventures qui vont croiser la route de compagnons et musiciens tels que Vincent Segal, Philippe Neveu, Christian Maes.

Son parcours est aussi marqué par une apparition sur l’album M’Bemba de Salif Keita, un brin de route avec David Walters sur Awa et une incursion dans le répertoire de danse traditionnelle avec l’Ostau Baleti Orquestra ; puis la rencontre, en 2006, avec le poète et slameur Ahamada Smis, comorien et marseillais.


Constantinople et Françoise Atlan

Ay !! Amor….

Chants d’amour, chants de femmes du grand bassin méditerranéen avec Françoise Atlan (chant), Kiya Tabassian (luth setar), Saeed Kamjoo (vièle kamânche), Ziya Tabassian (percussions)

Ay !! Amor…, la nouvelle aventure musicale de l’ensemble Constantinople et de la chanteuse Françoise Atlan nous convie dans l’univers des chants d’amour et des chants de femmes, puisés dans les traditions persane, judéo-espagnole, ibérique et trouvère française.

Françoise Atlan est reconnue aujourd’hui comme l’une des plus belles voix du monde méditerranéen. Formée à la musique classique occidentale, passée pendant un temps par la musique médiévale et la musique contemporaine, ses racines judéo-berbères l’ont amenée à se passionner pour les musiques traditionnelles du bassin méditerranéen.

Sa voix s’unit magnifiquement aux improvisations et calligraphies musicales des solistes de l’ensemble Constantinople.

Ce trio de musiciens iraniens basé à Montréal témoigne lui aussi d’un parcours extrêmement riche, leur passion pour les musiques médiévales européennes se mêlant à un enracinement dans les traditions musicales de leur pays d’origine mais aussi du bassin de la Méditerranée. Un moment rare … à partager.

0 thoughts on “Spectacles et Musiques du Monde”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *